PRISE DE POSITION
 
DE
 
UNITE DES VALEURS
 
 
 
 KINSHASA, LE 07 NOVEMBRE 2017
 
 
 
PRISE DE POSITION DU 07 NOVEMBRE 2017

PHOTOS OFFICIEL CANDIDAT

 
Chers compatriotes congolais,
Mesdames et Messieurs,
 
Unité des Valeurs porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale qu’il prend ce jour acte du calendrier électoral publié dimanche 5 novembre 2017, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).
 
Cependant, pour maintenir intacte la légalité née des arrangements politiques au détriment de la Constitution qui n’est plus d’application, nous exigeons le départ immédiat et inconditionnel du Chef de l’Etat en sursis, Joseph KABILA KABANGE dont plus rien ne justifie la présence à la tête de notre pays à compter du 05 novembre dernier, étant donné que l’Accord politique du 31 décembre 2016 qui le maintenait au pouvoir vient de tomber.
 
Nous exigeons également, le départ du pouvoir du Premier ministre Bruno TSHIBALA, ainsi que la dissolution du gouvernement et du CNSA, celui-ci ayant trahi ses attributions, telles que formulées par le point VI.2.3 de l’Accord du 31 décembre 2017.
 
De coup d’Etat en coups d’Etats, notre démocratie a perdu toute sa saveur, entrainant dans sa chute, les principales institutions de la République qui sont, les unes après les autres, tombées dans l’illégitimité ; bien entendu, leurs mandats respectifs ayant été échus.
 
La publication par la CENI d’un calendrier électoral projetant les élections au-delà du 31 décembre 2017 viole par ricochet l’Accord de la St-Sylvestre qui constituait encore il y a sous peu, une planche sur laquelle étaient assises toutes les institutions de la République engagées dans la transition qui devrait normalement prendre fin avec la tenue des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales au plus tard, le 31 décembre de cette année selon le point IV.2 de l’Accord du 31 décembre 2016.
 
Nous tenons à rappeler ici que depuis le 31 décembre 2016, notre pays a été régi, non pas par la Constitution de la République, mais par l’Accord de la St-Sylvestre conclu le 31 décembre 2016 entre le Président de la République et les partis politiques, sous la médiation de la CENCO.
 
Nul n’ignore que la nomination du Premier ministre Bruno TSHIBALA tout comme la création du CNSA et l’élaboration du Gouvernement de la République ont obéi à l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016,
 
 et non à l’esprit de la Constitution du 18 février 2006 mise à l’écart par les signataires de l’Accord de la St-Sylvestre, au nom des intérêts égoïstes.
 
Ainsi donc, d’un point de vue juridique, la publication par la CENI d’un calendrier électoral projetant les élections au-delà de la date prévue à ce sujet, constitue une violation de l’Accord de la St-Sylvestre du 31 décembre 2016. Elle entraine par conséquent un relâchement, sinon la nullité dudit Accord qui devient caduque à dater du 05 novembre 2017, mais aussi la révocation de l’arrangement particulier.
 
Partant, le Chef de l’Etat en sursis Joseph KABILA KABANGE ainsi que son Premier ministre Bruno TSHIBALA doivent par conséquent quitter immédiatement le pouvoir afin de permettre la poursuite du processus électoral, fusse-t-elle avec le présent calendrier qui n’est pas du goût d’aucun Congolais.
 
Le départ du Premier ministre entraine la dissolution du Gouvernement. Doit être également dissout, le CNSA dont l’existence serait arrimée à l’Accord du 31 décembre 2016 devenu sans objet au même titre que l’Accord du 18 octobre 2016 dont la nullité avait été provoquée par la signature de l’Accord de la St-Sylvestre.
 
Sous réserve d’engager un débat juridique, nous avons souhaité appuyer notre prise de position par une lecture claire des faits, estimant qu’un langage simple et simplifié utilisé ici suffit pour faciliter la compréhension du souverain primaire.
 
S’agissant de la CENI, le peuple congolais voudrait bien un jour lire les mémoires du Président Corneille NANGAA, une fois qu’il aura été délié de son devoir de réserve, afin de comprendre quels en étaient les coulisses et les non-dits autour de la publication du présent calendrier électoral qui reprend sur toute la ligne les attentes, non pas de notre peuple, mais plutôt celles du Président Joseph KABILA KABANGE et sa Majorité présidentielle élargie aux transfuges de l’Opposition.
 
La RDC ayant indiscutablement fait son entrée dans un nouveau cycle de dispensation, le plan merveilleux de Dieu pour notre pays doit dès à présent être exécuté. Rien, absolument, rien ne s’y opposerait.
 
Ainsi donc, au-delà de nos clivages politiques, nous devons à présent avoir une vision collective sur l’avenir de la RDC. Nous devons éviter la violence des mots sachant que la force des mots demeure plus importante dans tous ce que nous voudrions faire ensemble pour le développement intégral à la fois de l’Homme congolais et de la RDC.
 
La particularité de Unité des Valeurs, c’est de s’être préparé pour les élections pendant que certains se battaient pour des postes politiques, faisant des courbettes à l’endroit de la Majorité présidentielle.
 
À présent que la ligne du départ vers la tenue des élections tant attendues est tracée, nous devons nous y engager.
 
Ce serait une meilleure façon de prendre à contre-pieds et de désamorcer les pièges posés par le tandem Kabila-Nangaa.
 
Tout en appelant à la vigilance l’ensemble du peuple congolais, je profite de l’occasion pour réitérer ma candidature à la prochaine présidentielle de 2018.
 
Que tous les activistes de la Société civile s’engagent à ne plus s’écarter de leur rôle d’objecteurs de conscience, car il est étonnant de constater dans notre pays l’existence d’une société civile écartelée en deux, l’une proche du Pouvoir et l’autre proche de l’Opposition. Ayant tous des ambitions politiques.
 
Que la Police et l’Armée de notre pays s’engagent respectivement à ne déployer leur loyauté qu’envers le peuple, car nombreux tenteront, comme dans le passé, de les opposer à notre peuple pour lequel elles doivent leurs existences.
 
Que la politique soit exercée par vocation, mais aussi par celles et ceux qui ont en commun un amour passionné pour la RDC.
 
C’est à ce prix, et à ce prix seulement que nous serons en mesure à la fois de mériter la confiance de notre peuple et de relever les nombreux défis d’ordre moral, politique, économique, sécuritaire, social et diplomatique qui nous sont lancés.
 
 
Que Jésus-Christ bénisse la République démocratique du Congo.
 
 
  
Fait à Kinshasa, le 07 novembre 2017
 
                         
 
Me Michel OKONGO LOMENA
 
Candidat Président de la République, RD. Congo ;
Président National de Unité des Valeurs
Informations, UNITÉ DES VALEURS