COMMUNIQUE DE PRESSE
 
 
 
Faisant suite aux massacres des manifestants pacifistes abattus à bout portant ce dimanche 31 décembre 2017 dans plusieurs endroits dans la ville de Kinshasa ; aux saccages des Eglises catholiques ; à l’agression de Prêtres catholiques ; aux vols et pillages des effets personnels des manifestants ; à l’atteinte à l’une de plus hautes autorités de l’Eglise catholique romaine en RDC par certains officiels congolais ; à la séquestration des fidèles dans les Eglises, et à l’arrestation des manifestants dont certains seraient portés disparus et d’autres soumis à un mauvais traitement, Unité des Valeurs condamne énergiquement la barbarie, l’usage des gaz lacrymogènes ainsi que l’usage des armes de guerre contre une population civile agissant pourtant en conformité avec la Constitution de notre pays afin de revendiquer ses droits fondamentaux.
 
La République est en folie car, le 4 janvier 1959, après avoir fait plier les colons belges au prix de nombreuses victimes mortes ce jour là pour avoir revendiqué la liberté, les Congolais étaient loin d’imaginer que 57 années plus tard, dans un Congo indépendant, plus de douze millions d’autres martyrs allaient s’ajouter aux martyrs de l’indépendance tués, non pas par l’étranger, mais par d’autres Congolais agissant par moments, avec la complicité d’une main étrangère.
 
Pour la seule journée du 31 décembre 2017, les autorités de la RDC ont ordonné à la Police nationale congolaise et probablement aux éléments de nos forces armées de tirer sur des manifestants, faisant une dizaine des morts qui s’ajoutent aux millions des martyrs congolais tombés d’année en année, depuis la veille de l’indépendance de notre pays.
 
Selon le bilan partiel publié par la Nonciature Apostolique en République démocratique du Congo hier mercredi 3 janvier 2018, 134 paroisses ont été encerclées et isolées par les forces de la sécurité ; 2 paroisses ont fait l’objet d’entrave à la célébration de messes et les fidèles ont été privé d’accès ; 5 paroisses ont été contraintes par des éléments armés d’interrompre la célébration des messes ; 18 paroisses ont été envahies par les forces de sécurité qui ont enjambé les murs ; 10 paroisses clôturées  au sein desquelles se trouvaient des milliers des personnes en plein culte eucharistique ont reçu des gaz lacrymogènes ; 3 paroisses ont adressées respectivement un rapport sur les trois morts enregistrés ; 1 décès par impact de balle a été signalé à l’Eglise Saint Dominique ; 2 décès ont été signalés à Ste famille ; 2 autres décès ont été signalés à Ste Alphonse ; 6 prêtres catholiques et 1 séminariste ont été arrêtés. 
 
L’abomination a atteint son comble en République démocratique du Congo : tirer à bout portant sur les chrétiens pacifistes ayant entre leurs mains, en tout pour tout, des Bibles et des chapelets ; séquestrer certains d’entre eux dans les Eglises ; s’en prendre à un Cardinal, l’Archevêque de Kinshasa ; agresser physiquement les Prêtres et les fidèles catholiques en pleine célébration eucharistique un jour de dimanche, sont des abominations qui attestent que le pouvoir public vient d’amorcer une déclinaison dangereuse vers l’abîme.
 
Soucieux de rétablir la vérité, Unité des Valeurs s’inscrit dans la logique de l’envoi d’une enquête internationale indépendante, sans la France qui a cautionné ces massacres notamment en bloquant une résolution de l’Union Européenne condamnant la répression sanglante des manifestations en République démocratique du Congo.
 
L’attitude de la France fait l’objet d’une étude minutieuse par Unité des Valeurs derrière lequel se range l’ensemble de notre peuple qui se sent trahi par la France pour la deuxième fois, à un moment particulièrement décisif de son histoire.
 
Les esprits et les âmes des victimes de l’arbitraire en RDC crient présentement fort, car la coupe de sang innocent étant débordée. 
 
Les initiés en Jésus-Christ comme moi, savent que le sang des innocents versé arbitrairement crie et en appelle inexorablement à la vengeance. Il en est de même des âmes de celles et ceux qui ont été arbitrairement arrachés à la vie.
 
…je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient renduIls crièrent d'une voix forte, en disant : Jusques à quand, Maître Saint et Véritable, tarde-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre″ ? (Ainsi dit la Bible dans Apocalypse 6 : 9-10). 
 
Cette parole dont il est question c’est en effet le commandement de Jésus recommandant aux humains l’amour des uns envers les autres (Jean 15 : 12). C’est justement ce qui vient à en manquer…
 
Des corps ont été à la fois soustraits à la vie et à la vue pour arrêter la marche des Congolais vers la libération et fausser la comptabilité macabre. Mais, ″l’Eternel est un Dieu qui sait tout. Et par lui sont pesées toutes les actions″.  L’arc des puissants est brisé ; et les faibles ont la force pour la ceinture (I Samuel 2 : 4). L’Eternel appauvrit et il enrichit. Il abaisse et il élève (I Samuel 2 : 7). Mais les méchants seront réduits au silence ; car l’Homme ne triomphera point de sa force (I Samuel 2 : 9).  
 
On ne peut à la fois défier Dieu et le peuple, sachant bien qu’en voulant réprimer les idées, on ne les ferait jamais partir. Bien au contraire…
 
Vu la gravité inouïe des faits, nous demandons aux institutions compétentes dans ses différentes sphères de responsabilités, de s’exprimer impérativement, non pas pour ouvrir un débat sur le nombre des victimes, mais plutôt pour établir les responsabilités des uns et des autres au sujet des massacres suivis des violations qui ont eu lieu le 31 décembre 2017, afin de permettre au peuple congolais de tirer toutes les conséquences qui s’imposent pour relever ce terrible affront venant du pouvoir public.
 
Bien que placé sous le signe du sang, ce 4 janvier 2018, doit être également placée sous le signe de la rédemption par le sang de Jésus-Christ et par celui de toutes les victimes innocentes afin que triomphe l’amour du prochain au sein de la nouvelle société congolaise éprise de paix.  
 
Que Dieu Tout puissant libère la République démocratique du Congo !
 
 
Fait à Kinshasa, le 04 janvier 2018
 
 

PHOTOS OFFICIEL CANDIDAT

Me Michel OKONGO LOMENA
-    Candidat Président de la République ;
-    Président national de Unité des Valeurs
 
 
 
Informations, UNITÉ DES VALEURS
 
 
.