COMMUNIQUÉ DE PRESSE

N°0456/UV/PN/RDC/01/2018

 

Le 17 janvier 1961, un homme fut assassiné à la suite duquel la démocratie congolaise fut hypothéquée ; une flamme, celle d’un Etat naissant, la RDC, dont était issu cet homme, fut éteinte entrainant l’extinction de plusieurs autres flammes en Afrique et à travers le monde. Cet homme, c’est Patrice Emery LUMUMBA dont notre pays commémore ce jour, le 57ème anniversaire de sa mort.

 

Journée consacrée chaque année à la mémoire du Héros national assassiné en 1961, ce 17 janvier 2018 doit être particulièrement marqué par le réveil des Esprits de nos compatriotes qui ont été, tout comme Patrice Emery LUMUMBA, arrachés à la vie par la barbarie des Hommes, et dont le sang ne cesse de crier vengeance.

 

Cette journée mémorable, associée à d’autres, nous renvoie au recueillement en mémoire d’autres victimes de l’intolérance et de la barbarie parmi lesquels, Jérôme ANANY, Emmanuel BAMBA ; Evariste KIMBA ; Alexandre MAHAMBA ; Alain MOLOTO ; l’Apôtre Joseph OLANGI ONASAMBI et plusieurs millions de martyrs anonymes. 

 

À lui seul, le mois de janvier offre au peuple congolais une opportunité de commémorer chaque année, à de différentes dates, trois événements ayant particulièrement un sens différent l’un de l’autre, à savoir :

 

1.    La journée du 4 janvier, baptisée journée des martyrs de l’indépendance en mémoire des Congolais tués en 1959 ;

2.    La journée du 17 janvier, dédiée à Patrice Emery Lumumba, assassiné en 1961, après que ce dernier ait été déclaré Héros national. À juste titre ;

3.    La journée du 16 janvier, dédiée à Laurent Désiré Kabila, assassiné en 2001.

 

Tout comme celui d’Abel de la Bible tué par son frère ainé Caïn, le sang de nos compatriotes accuse et crie devant Dieu. Il s’agit du sang des millions des Congolais innocents assassinés ou tués 57 années durant, par une main armée, par des dictateurs ivres du pouvoir et de l’argent mal acquis, notamment du sang des Serviteurs et servantes de Dieu ; du sang des acteurs politiques, hommes et femmes, tués pour leurs convictions politiques, et assassinés pour leur loyauté envers la République.

 

Malheureusement, depuis des années, ces trois dates ont respectivement donné lieu à des célébrations de nature païenne, et une occasion aux autorités de notre pays de s’abreuver à longueur de la journée des liqueurs fortes en dilapidant l’argent du contribuable au lieu de procéder à l’organisation des séminaires d’éducation civique en vue de renforcer la conscience nationale.  

 

Au-delà de la question liée à l’hommage qui devra être rendu de manière particulière à nos compatriotes, une particularité s’impose au sujet de Patrice Emery Lumumba dont la pensée politique s’est répandue au-delà de nos frontières nationales, contrairement à Laurent Désiré Kabila de qui émarge l’actuelle classe dirigeante au pouvoir qui est à la base de la désintégration de notre nation ; aux pillages de nos ressources ; à la confiscation de notre souveraineté nationale ; à l’occupation et aux massacres de la population civile ; à une misère sociale sans précédent…

Au regard de son héritage sombre ou plutôt noir, rien ne justifie l’honneur conféré à Laurent Désiré Kabila notamment en l’élevant en dignité au même titre que Patrice Emery Lumumba au point de faire de lui Héros national.

 

Nous ne pouvons accepter une insulte aussi fragrante à la mémoire collective et une trahison à la nation congolaise. Il est temps de réhabiliter l’histoire afin que soit établie également la part des responsabilités.

 

Loin de faire un procès aux morts, Laurent Désiré Kabila est celui qui a manqué le courage de dire la vérité aux Congolais sur la nature à la fois du deal entre lui et ses mentors, mais aussi sur l’identité réelle de la cohorte militaire qui l’accompagna dans son expédition pour la conquête du pouvoir en RDC dans les années 1996-1997.

 

Or, le courage extraordinaire est l’un des critères ou qualité qui caractérise un héros. Quelles que soient les époques.

 

Laurent Désiré Kabila ayant manqué le courage de dire la vérité aux Congolais lors de sa prise de pouvoir en 1997, notamment en dissimulant l’identité de ceux qui l’accompagnaient, les conséquences qui s’en sont suivies font qu’à ce jour tous les secteurs de la société congolaise sont gravement inféodés, et le pays pris en otage par un montage dont les manettes politiques sont hors de la portée des Congolais. 

 

En ces moments où les Congolais sont à la recherche de leurs repères, et où tous, jeunes et vieux, hommes et femmes, nous nous apprêtons à réécrire l’histoire de la République démocratique du Congo selon le format ou le modèle recommandé par Patrice Emery Lumumba dans sa lettre-testament, le courage et l’honnêteté républicains nous obligent à exiger le retrait de la qualité de héros national à Laurent Désiré Kabila de qui la mémoire collective retiendra qu’il avait tout de même un amour passionné pour le Congo au sujet duquel il a été assassiné. De ce fait, il doit être considéré comme étant un martyr et rejoindre ainsi le pré-carré des martyrs de l’indépendance, de la pentecôte, de Kinshasa, de l’Est de la RDC, du Kasaï et bien d’autres encore… 

D’un point de vue spirituel, mêlé au sang de Jésus-Christ, le sang des martyrs de la RDC qui est en train de libérer notre pays, doit clairement être authentifié afin qu’à la libération, succèdent le recouvrement de notre souveraineté nationale ; la réconciliation nationale ; la reconstruction nationale ; la restauration de la paix, la démocratie et l’amour du prochain, pour un Congo fort au cœur de cinq continents.

 

Hommage soit rendu au Héros national Patrice Émery Lumumba !

 

 Que le Seigneur Tout Puissant bénisse la RD Congo !

 

 Fait à Kinshasa, le 17 janvier 2018

 

 Me Michel OKONGO LOMENA

-       Candidat Président de la République,

 

-       Président National de Unité des Valeurs.

 

  

 

Informations, UNITÉ DES VALEURS